Mon Top 10 des livres sur le végétarisme

Vous êtes un végétarien convaincu ou un omnivore qui hésite à franchir le pas ? Vous cherchez des ouvrages clairs et documentés sur le régime végétarien et la protection de la vie animale ? Après de nombreuses recherches et lectures, j’ai sélectionné plusieurs livres sur le sujet. Voici mon top 10 !

1. Faut-il manger les animaux ?

« Comment traitons-nous les animaux que nous mangeons ? Convoquant souvenirs d’enfance et arguments philosophiques, Jonathan Safran Foer se lance dans une vaste enquête. Entre une expédition dans un abattoir et une recherche sur les dangers du lisier de porc, l’auteur explore tous les degrés de l’abomination contemporaine. Un livre choquant, drôle et inattendu qui a déjà suscité passions et polémiques.

Né en 1977, Jonathan Safran Foer est l’un des auteurs américains les plus doués de sa génération. Ses livres sont des événements littéraires internationaux. Tous ses ouvrages sont disponibles en Points. »

« En bon romancier, Safran Foer sait faire ressortir les images les plus saisissantes, solliciter les émotions de son lecteur, conduire une enquête comme un véritable récit. » ( Le Monde )

Faut-il manger les animaux ? – Jonathan Safran Foer – L’Olivier (2011) – 7,90 €

2. Comment j’ai arrêté de manger les animaux

« Depuis que je suis végétarien (je consomme encore des produits d’origines animales comme des œufs ou du fromage), cette décision est devenue un inépuisable sujet de discussion, en famille, entre amis, avec des inconnus. Tout le monde veut participer au débat. Et tant mieux, car il nous faut, collectivement, nous poser cette question : « faut-il manger les animaux ? » La viande et le poisson que nous dévorons sont le fruit d’un système profondément immoral et dévastateur. Mais la plupart d’entre nous ne veut pas en apprendre plus. Ne veut pas entendre. Ne veut pas ouvrir les yeux.

Cet ouvrage court, facile d’accès et rapide à lire, donne des faits, des arguments clairs et incontestables. Une sorte de guide pratique destiné à celles et ceux qui veulent convaincre, mais aussi et surtout aux millions de carnivores qui se posent des questions. Je veux ici casser les idées reçues, en m’appuyant sur les consensus scientifiques. Certains points font débat, d’autres non. C’est sur ces arguments incontestables qu’il faut s’appuyer. »

Comment j’ai arrêté de manger de la viande – Hugo Clément – Le Seuil (2019) – 14,90 €

3. Quand la faim ne justifie plus les moyens

« L’Association de défense des animaux L214 dévoile ici l’ampleur d’un système, l’élevage intensif, qui a fait de la Terre un enfer pour une multitude d’animaux.

En France, près de 3,5 millions d’animaux sont tués chaque jour dans les abattoirs, soit 2 400 chaque minute. Faisant fi de toute forme d’empathie, ignorant leur souffrance, l’humain a façonné les animaux à son usage. Aujourd’hui, dans les élevages standard, les poulets atteignent le poids de 1,5 kilos en trente jours, alors qu’il leur fallait quatre fois plus de temps en 1950. Une vache laitière peut produire jusqu’à 60 litres de lait par jour, alors que 7 litres suffiraient pour alimenter son veau. Plus de 80 % des animaux sont enfermés sans accès à l’extérieur, entassés par milliers dans des bâtiments le plus souvent dépourvus de fenêtres.

A la lecture de cet ouvrage édifiant, une évidence s’impose : il nous faut changer de modèle agricole et alimentaire. L214 propose ici des solutions concrètes, efficaces, simples et réalisables immédiatement. Voici donc un véritable cri d’alarme pour réveiller les consciences sur les horreurs que les êtres humains font subir aux animaux et leurs conséquences dramatiques, notamment pour l’environnement et la santé publique. »

Quand la faim ne justifie plus les moyens – L214 – Les liens qui libèrent (2019) – 14,80 €

4. Lait, mensonges et propagande

« La parution de ce livre a suscité de nombreuses questions parmi les lecteurs, de nombreuses réactions de l’industrie agro-alimentaire, des émissions de télévision et de radio et même un trouble certain au ministère de la Santé. Entre-temps, de nouvelles études sont parues. Cette riche actualité explique la nouvelle édition revue et augmentée de Lait, Mensonges et Propagande.

On y trouvera :
– de nouvelles preuves de la collusion entre nutritionnistes et industrie laitière
– la réponse aux arguments de l’industrie agro-alimentaire et de certains nutritionnistes comme Jacques Fricker
– toutes les nouvelles études scientifiques confirmant que les laitages ne protègent pas de l’ostéoporose et qu’aux doses conseillées en France ils augmentent le risque de certaines maladies comme le cancer de la prostate
– la réponse aux questions posées par les lecteurs, comme par exemple les différences entre laits de vache, de chèvre et de brebis.
Tout est comme d’habitude solidement argumenté et référencé. »

Lait, mensonges et propagande – Thierry Souccar – (2e édition 2008) – 19.90 €

5. Révolutions animales : Le génie des animaux

« Ces dernières années, la science a permis de faire évoluer la perception que nous avons des animaux. Ils ne sont plus ces mécaniques d’autrefois mais sont devenus des individus sensibles.

Émotion, intelligence, conscience, culture, joie, souffrance, empathie, créativité : le génie animal est partout, chez le plus petit comme chez le plus grand. La frontière entre eux et nous est devenue plus floue.

Ce premier tome réunit des contributeurs de renom (Eric Baratay, Mark Bekoff, Gilles Boeuf, Vinciane Despret, Pierre Jouventin, Frans de Waal…) qui décryptent les connaissances actuelles sur les compétences des animaux à la lumière des découvertes les plus récentes. »

Révolutions animales : Le génie des animaux – Collectif   sous la direction de Karine Lou Matignon – Les Liens qui libèrent (2019) – 8,90 €

6. Révolutions animales : Hommes et animaux, un monde en partage

« Les dernières découvertes sur les compétences des animaux constituent un tournent majeur car elles nous conduisent envisager d’autres rapports avec eux.

Hier jugée anecdotique, cette sollicitude pour les animaux, induite par la connaissance, est désormais une question sociétale et s’impose sur le scène économique et politique mondiale. Elle augure d’autres manières de vivre ensemble.

Ce second tome réunit des contributeurs de renom (Boris Cyrulnik, Elisabeth De Fontenay, Jane Goodall, Matthieu Ricard, Peter Singer…) qui revisitent l’histoire des relations entre les hommes et les animaux, des origines à nos sociétés modernes. »

Révolutions animales : Hommes et animaux, un monde en partage – Collectif   sous la direction de Karine Lou Matignon – Les Liens qui libèrent (2019) – 9,90 €

7. La libération animale

« Les animaux souffrent. Comme nous. Ils ont donc des droits. Ce livre a changé notre regard sur les animaux. Il a déclenché le débat contemporain en éthique animale. Traduit dans une vingtaine de langues, il s’est vendu à plus d’un demi-million d’exemplaires ».

« Singer ne se situe pas dans le registre de la rhétorique ou de l’émotionnel. Son argumentation ne s’appuie pas sur des opinions personnelles, des principes religieux ou des abstractions philosophiques, mais sur des positions morales sur lesquelles nous sommes en général tous d’accord. » (New York Times Book Review)

La libération animale – Peter Singer – Payot (2012) – 10,65 €

8. Lettre à une petiote sur l’abominable histoire de la bouffe industrielle

« En s’adressant à une jeune enfant, Fabrice Nicolino retrace l’histoire de l’industrie agroalimentaire mondialisée : de la naissance de celle-ci à la fin du XIXe siècle aux différents scandales sanitaires et financiers d’aujourd’hui, l’auteur montre comment nous avons gagné au passage une nourriture appauvrie de ses nutriments indispensables, mais enrichie en sel, en sucre, en gras et en produits chimiques de toutes sortes, qui font le lit de nos grandes maladies contemporaines.

Le tout au bénéfice économique d’un tout petit nombre ― puisque derrière la multitude de marques qui donnent au consommateur l’illusion du choix se cachent en réalité une dizaine de groupes qui se partagent le marché mondial…

Manifeste pour renouer avec une alimentation variée, non transformée et respectueuse de la biodiversité, cet ouvrage gagnerait à être mis entre toutes les mains, et au plus vite ! »

Lettre à une petiote sur l’abominable histoire de la bouffe industrielle – Fabrice Nicolino – Babel (2019) – 6,50 €

9. No Steak

« Bientôt, nous ne mangerons plus de viande. Nous cesserons de tuer des êtres vivants – 60 milliards d’animaux chaque année – pour nous nourrir. En effet, en 2050, nous serons près de 10 milliards, et nos ressources en terres et en eau seront insuffisantes pour que le régime carné continue à progresser.

Mais au-delà des raisons économiques et écologiques, la science tend à prouver que, contrairement à ce que nous avons longtemps cru, les animaux exploités sont des êtres sensibles, intelligents et sociaux. Dès lors, avons-nous encore le droit de les manger ? Pourquoi les chats et les chiens ont-ils un palace qui leur est dédié au Canada alors qu’en Chine ils peuvent finir au fond d’une casserole ? Pourquoi avons-nous choisi de consommer en priorité cochons, poulets et bœufs ? Comment ces animaux sont-ils produits ? Les végétariens vivent-ils plus longtemps que les carnivores ? Comment peut-on remplacer les protéines animales ?

Aymeric Caron a mené l’enquête pour décrire, avec verve et humour, tous les aspects de notre étrange rapport à la viande. »

No Steak – Aymeric Caron – J’ai Lu (2014) – 7,60 €

10. Voir son steak comme un animal mort

« La plupart des gens désirent le bien des animaux. Mais voilà: ils aiment aussi leur steak. C’est ce qu’on appelle le paradoxe de la viande. Nous ne voulons pas voir que ce que nous mangeons, c’est de l’animal mort.

De plus en plus de chercheurs expliquent ce phénomène de «dissonance cognitive» par des pratiques sociales et des croyances qui visent précisément à occulter la souffrance animale. Tout converge pour nous convaincre, depuis l’enfance, qu’il est normal, naturel et nécessaire de consommer des produits d’origine animale. Pourtant, dans les faits, rien n’est moins vrai – tant du point de vue de la santé que de l’éthique animale et environnementale. »

Voir son steak comme un animal mort – Martin Gibert – Lux Éditions (2015) – 18 €